Les Églises

Domaine de l’Abbaye   Château de Frazé   Jardins de la Feuilleraie   Maquis de Plainville   Les églises   Musée d’Histoire Local   Les manifestations

Thiron-Gardais

> Église abbatiale

>>>Télécharger la visite audio guidée<<<

Chassant

Eglise Saint-Lubin

Visite guidée gratuite juillet / août le dimanche de 15 à 17 h et aux Journées du Patrimoine
Contact : 02 37 29 51 59

Datant du XIIe siècle, l’église St Lubin possède une entrée située sous son clocher porche quadrangulaire à deux étages. Son toit d’ardoise est orné d’une corniche où alternent pierre blanche et grison. Un retable de 7 mètres sépare la nef et l’abside. Ce retable est orné de 4 colonnes de type corinthien et de trois statues (St Lubin, patron de la paroisse, St Jouan et Ste Radegonde), ainsi qu’un superbe tableau créé en 1996 par l’artiste Evelyne Bacchi Rosimirio intitulé « Laissez venir à moi les petits enfants ». Au premier étage de l’église se trouve une rosace ou figurent les objets personnels de St Lubin (dont la célèbre ceinture où sont inscrit les mots « Tu duca, tu signore e tu maestro gracias deo ».

Depuis avril 2004, une statue (offerte par l’un des habitants de la commune) représentant Ste Anne et la vierge enfant se trouve en face du confessionnal.
Un concert y est donné tous les ans à la mi-juin.

Situé en direction de Combres, le lavoir communal construit en 1901, est un des éléments du patrimoine de Chassant. L’âge du Colombier est d’environ 900 ans.

Village fleuri : 1er prix régional

Coudreceau

Eglise Saint-Aubin

Ouverte tous les jours

Contact : 02 37 29 29 52

Le pays des coudriers (ou noisetiers) se caractérise par un relief très accidenté. Le plateau de la Ferrière culmine à 284 m tandis que le val d’Ozée, sur la Cloche, n’atteint que 128 m.
L’église de Coudreceau est dédiée à St Aubin. Malgré la mention dès 1257 de la paroisse de Coudreceau, la construction de l’église est du XVIe siècle. Son plan est rectangulaire avec une nef principale prolongée par un chœur à abside arrondie. Le bas-côté nord est séparé de la nef par trois colonnes. Au sud, la chapelle est prolongée par le clocher, vaste massif carré de deux étages à baies géminées avec toiture pyramidale et tourelle d’escalier extérieure.

Autres curiosités :

Un hameau appelé « la Poterie » fut jusqu’à ce siècle, un important centre de fabrication de poteries rustiques. Aujourd’hui, une nouvelle association « Perchefaïence » tente de relancer cette production spécifique à la région.

Sur le territoire de la commune, on trouve également le château de « Maurissure » , monument appartenant à des particuliers et non ouvert au public.

Combres

Eglise Notre-Dame

Contact : 02 37 29 57 96

Une église est mentionnée à Combres dès 1147. Les moines de Thiron s’implantèrent à Combres et y construisirent la première église. Les fondations sont du XIIe siècle mais l’église que nous voyons aujourd’hui remonte au XVIe siècle, comme le confirme toutes les dates relevées sur le monument.
L’église de Combres est dédiée à Notre-Dame. Au XVIIe siècle, St Antoine devint le second patron ; sa voûte est tapissée de lambris peints où figurent douze Saints, un par travée dans la nef et quatre dans le chœur. Les anciennes cloches datant de 1716 et 1768 furent remplacées en 1868.

Autres curiosités :

L’ancien moulin Canet

La Croix du Perche

Eglise Saint-Martin

Ouverte tous les jours de 10h à 18 h
Visite guidée sur rendez-vous.
Contact : 02 37 29 56 11 ou 02 37 29 57 34

>>>Télécharger la visite audio guidée<<<

L’ancienneté du nom, qui pourrait remonter aux premiers siècles du christianisme : « Crux in Pertico » donne toute son authenticité et sa légitimité percheronne à cette commune, traversée au sud par la Foussarde, affluent du Loir et située en bordure d’une voie romaine reliant au Dunois.

Les disciples de St bernard de Tiron établirent un prieuré vers 1250 dont seuls subsistent le presbytère et la chapelle, devenue église paroissiale au départ des moines dés la fin du XVIe siècle. La sobriété extérieur cache la richesse de cette église : une voûte unique à charpente apparente, au décor entièrement peint, datée de 1537 sur le cinquième entrait. A l’abside le décor comporte des têtes humaines dans des niches et, à la calotte, un soleil avec des rayons et des anges aux ailes déployées.
Outre son église, le bourg, établi à côté des fondations du Château –Gaillard, conserve son habitat historique dans son environnement naturel et varié : moulins, maisons de maître, étangs, fermes des XVIIe et XVIIIe siècles.
Initialement partie du Grand Perche, la Croix du Perche se mit par la suite sous la protection de Guillaume III Gouët, qui mena plusieurs attaques contre les terres du Comte du Perche, Rotrou III, profitant de son départ aux croisades ; la Croix du Perche est ainsi rattachée au Perche Gouët par certains historiens.
La commune est connue pour la bataille de la Croix du Perche de 1589 qui vit, sous Henri III, la victoire des troupes royales du Comte de Soissons, menées par le Sieur de Fontenay, sur une cavalerie de Ligueurs et pour avoir été citée dans une sévère homélie de Bossuet, à la cour de Versailles, en présence de Louis XIV, lorsque la gréande famine de 1662 entraîna, les 4 premiers mois de l’année seulement, 17 décès dont 9 enfants, sur une population de 300 habitants environ.

Autres curiosités :

L’ancienne voie romaine, l’ancien moulin restauré, le lavoir du petit moulin, l’étang Gaillard et la Gentilhommière.

Frazé

Eglise Notre-Dame

Contact : 02 37 29 50 52

L’église primitive, de style roman, datant vraisemblablement du XIIe siècle fut incendiée par les Anglais pendant la guerre de cent ans.
Elle fut peu après restaurée sur les maçonneries d’origine. Une seule fenêtre romane subsiste de ces temps lointains, toutes les autres ont été agrandies et retraitées en style gothique.
Car en raison du développement de la paroisse, la superficie de l’édifice fut doublée au XVIe siècle par adjonction, sur le côté gauche de quatre travées de style gothique.
Cette aile parallèle est dotée d’un très beau portail d’entrée Renaissance datant du XVIe siècle, orné d’un entablement comportant une frise très gracieusement sculptée.

Beau travail de charpente, la flèche du clocher, mise en place au XVIIe siècle, légèrement vrillée, s’élève à plus de 40 mètres du sol.

Autres curiosités :

Le manoir de Carcahut et la ferme du Cormier

Frétigny

Eglise Saint-André

Visites guidées gratuites les dimanches et jours fériés.
Du 1er juillet au 30 septembre ou sur rendez-vous.
Contact : 02 37 49 40 26 ou 02 37 52 63 95

>>>Télécharger la visite audio guidée<<<

Edifice du XIIe – XVIe siècle, classé monument historique, séparé de son cimetière.
Dressée en vigie à l’entrée du Perche (venant de Chartres), l’église St André de Frétigny constitue l’étape idéale des randonnées touristiques et des circuits culturels.
De son origine romane, seul l’abside en hémicycle subsiste à laquelle ont été accolés deux bas-côtés au XVIIe. Fresques des XII et XIIe siècle. On y trouve aussi des fresques du Christ en Majesté avec les quatre symboles des évangélistes et de la vie de St André.
Le mobilier assez homogène est entièrement des XVIIe et XVIIIe siècles. Le retable de style baroque était bleu et rouge à l’origine. Il fut repeint au XIXe couleur faux bois et or. Il est classé depuis 1906.

Allovisit : Visite avec votre portable- n° 3223 (0.34€/mn) puis tapez 52+031 005+3

Autres curiosités :

La vallée de la Cloche, la butte de Piclos et le mur d’escalade (ancien château d’eau).

Happonvilliers

Eglise Saint-Pierre

Ouverte le 1er et 3ème samedi du mois, de Pâques à la Toussaint.
Contact : 02 37 29 58 17

La nef unique de l’église St Pierre avec abside arrondie d’origine romane fut remaniée aux XVe et XVIe siècle. L’escalier du clocher fut ajouté sur le côté nord de la nef jusqu’à hauteur de la toiture. Le portail occidental a été transformé dans sa partie haute avec la suppression d’un grand arc brisé et une décoration Renaissance à caissons, assez mal conservée. La voûte lambrissée a été plâtrée et les poutres blanchies.

Le grand retable cloison est de forme semi-circulaire, orné de pilastres à chapiteaux corinthiens et surmonté de pots-à-feu. La partie centrale encadre un tableau représentant St Pierre et son coq et comporte une avancée de quatre colonnes, surmontées d’un dôme avec une grande Gloire blanche aux rayons dorés. Selon la tradition, le grand retable est accompagné de deux autels latéraux avec retables. Le banc d’œuvre et la chaire en bois sombre avec décor doré forment, avec le retable principal, un bel ensemble homogène du XVIIIe siècle. De cette époque date aussi le mécanisme de l’horloge.

Autres curiosités :

Le lavoir, la grotte de la Vierge.

Marolles-les-Buis

Eglise Saint-Vincent

Ouverte tous les jours

>>>Télécharger la visite audio guidée<<<

La toiture du clocher, à l’origine en forme de cloche surmontée d’un lanternon et de nos jours d’aspect pyramidal. Les fenêtres du chœur au côté sud sont d’un gothique flamboyant et ont reçu au XVIIème siècle des vitraux qui sont classés. Le mobilier est moderne, de style néogothique, et la statuaire est de bonne facture.
Une pierre tumulaire et un bas-relief avec écusson armorié de croix potencées sur les bandes alternées, tenues par deux singes, sont dignes d’intérêt.

Autres curiosités :

Le Château de la Vignardière, la chapelle Ste Barbe et le lavoir.

Montigny-le-Chartif

Eglise Saint-Pierre

Ouverte les 1er et 3ème samedis du mois de Pâques à la Toussaint. Contact :02 37 24 22 31

La construction de la première église date du XIIème siècle. Au XVIème siècle, à l’époque des guerres de Religion, l’église fut agrandie. Un clocher fut ajouté au pignon occidental, avec une grande porte à pinacles surmontés d’une rosace de style flamboyant.
Le mobilier est en grande partie de style Empire, le Retable principal datant de 1807. La statuaire est moderne, elle représente toute une série de saints guérisseurs. Un tableau ancien retraçant la légende de St Nicolas est caché par une statue. Les vitraux viennent de l’atelier Lorin de Chartres et datent de 1895.
A l’entrée du village, on peut deviner les vestiges du château de Montigny, ancien pavillon de Sully. On trouvera au château de Villebon une peinture murale le représentant à l’époque.
Montigny le Chartif est situé dans une clairière encore entourée de bois sur presque tous les côtés. Il est possible de traverser le parc en restant strictement sur le GR35.

Autres curiosités :

Le château du XVIIIe siècle

Nonvilliers-Grandhoux

Eglise Sainte-Anastase de Nonvilliers

Contact : 02 37 24 50 42

Le village de Nonvilliers était l’une des six châtellenies relevant des seigneurs de Nogent le Rotrou ; on peut encore y voir les vestiges de l’ancienne motte féodale. La partie la plus intéressante de l’église est la façade qui présente les traces de l’ancien clocher mur sans doute supprimé au XVIème, on retrouve les mêmes traces à St Vincent de Grandhoux et St Martin de la Croix du Perche.
Le seul mobilier ancien est un modeste banc d’œuvre daté de 1754. La statuaire, également moderne, offre peu d’intérêt à l’exception d’un petit Christ en croix. La sacristie contient plusieurs ouvrages du XVIIIème.

Eglise Saint-Vincent de Grandhoux

La commune de Grandhoux fut réunie à celle de Nonvilliers par ordonnance royale du 15 Février 1836. L’église désaffecté. Comme à Nonvilliers, la statuaire offre un intérêt limité. On notera une grande Sainte Barbe appuyée devant une tour. Ainsi qu’une tête apparaît à la fenêtre.
Le visage de Saint Sébastien est dépité au point d’en être touchant.

Autres curiosités :

Le Manoir des Forts, le Nuisement

Saint-Denis d’Authou

Eglise Saint-Denis

Contact : 02 37 49 53 37

St Denis d’Authou fut tout d’abord une villa romaine, puis un site mérovingien comme en témoigne la découverte de sarcophages dans les bois du Mézeray. Ce même site du château de Mézeray, avant sa reconstruction au XVIIIème siècle, fut la résidence des seigneurs d’Authou.
L’église St Denis est de style roman : abside arrondie, clocher quadrangulaire avec baies géminées au sud de la nef, voûte lambrissée. Si le retable du maître autel est classique, en bois ciré avec décors d’ors, colonnes et pilastres corinthiens, les retables latéraux sont en pierre peinte imitant le marbre sur un massif de maçonnerie. On y remarque quelques statues intéressantes en bois notamment, et une pierre tumulaire de 1545.

Les fonts baptismaux, datant XVIème siècle sont originaux. Sous une arcade à caissons, un édifice en forme d’armoire est surmonté d’un petit temple circulaire. Ce mobilier est classé à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques et a été remarquablement restauré. A cette occasion la découverte de la gravure « 1556 » inscrite à son sommet a permis de dater précisément le baptistère. L’église est entourée de murs en pierre de St Denis, délimitant l’ancien cimetière clos, aujourd’hui désaffecté et aménagé en lieu de promenade et de repos.

Chapelle Saint-Hilaire-des-Noyers et l’Oratoire Notre-Dame de la Délivrande

Ancienne paroisse, puis commune, St Hilaire fut unie à St Denis par ordonnance royale en 1826. Il reste de l’ancienne église paroissiale de St Hilaire datant du XIème siècle, désaffectée en 1800 après l’assassinat de son curé et démolie en 1840, le chœur qui fut transformé en chapelle.
Cette chapelle de plan carré, prolongée autrefois par un porche possède une charpente dite « à chevrons formant fermes »en très bon état datée de 1198 après analyse dendrochronologique. Un curieux retable de pierre peint en blanc, avec une frise de fleurettes sur l’architrave, barre le mur est. Restaurée en 1991, classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, on peut y voir une peinture murale du XVIème siècle et deux statues : St Sébastien et Ste Barbe.
Tous les ans, à l’ascension, un pèlerinage est organisé jusqu’à l’oratoire de la Délivrande. Notre Dame de la Délivrande était autrefois priée par les femmes enceintes afin que leur accouchement se déroule dans les meilleures conditions.

Autres curiosités :

L’ancien lavoir, la tour de l’ancien manoir de Blainville, le château de Mézeray et le circuit faune flore de la Vinette